Turin

Présentation de Turin proposée par Christiane Michel en préparation au voyage effectué du 10 au 14 février 2015.

turin1Turin a été pendant longtemps boudée par les touristes, avant de devenir récemment une destination à la mode, grâce aux Jeux Olympiques d’hiver qui s’y sont tenus en 2006 et au programme de restaurations qui lui a redonné son antique splendeur. Turin, c’était Fiat, pour les sportifs la Juventus, pour les croyants le Saint-Suaire, pour les amateurs de marchés celui de Porta Palazzo, le plus grand d’Europe à ciel ouvert, aller-retour dans la journée proposé par certains voyagistes…

Turin, c’est cela bien sûr, mais bien d’autres choses aussi… Il ne faut pas oublier que Turin a été une capitale, celle des ducs de Savoie depuis 1563 (auparavant c’était Chambéry), du royaume de Piémont-Sardaigne à partir de 1720, avant de devenir celle de l’Italie unifiée, de 1861 à 1865. Son architecture, fruit de plusieurs siècles d’urbanisme réfléchi, en fait l’un des foyers du baroque européen, mais ce n’est pas une ville qui s’endort sur son passé, c’est une ville qui va de l’avant, au point d’être devenue un des plus importants centres d’art contemporain. C’est une ville dynamique, à la vie intellectuelle intense. Elle peut s’enorgueillir de posséder des musées d’une rturin2ichesse et d’une diversité inégalées. Et ses 18 kms d’arcades permettent d’y flâner par tous les temps, et ses nombreux cafés historiques d’y savourer un vermouth ou un bicerìn…Chateaubriand écrivait d’elle (j’emploierai le féminin, comme en italien, pour parler de Turin!): « Turin est une ville nouvelle, propre, régulière, fort ornée de palais, mais d’aspect un peu triste. » Sans doute ses rues qui se coupent à angle droit selon le schéma du castrum romain expliquent-elles ce jugement. Si les Piémontais sont réservés, si Turin est toujours une ville « sérieuse », c’est aussi une ville vivante et pleine d’initiatives. Nietzsche, qui y a vécu un an, ne disait-il pas déjà: « Turin impressionne car ici on sent couler la vie ».

Un peu d’histoire

turin3

La Porta Palatina

Fondée par les Celtes, habitée par la tribu ligure des Taurini, Turin fut d’abord un important carrefour routier et une place stratégique primordiale. Dès la fin de la République, une colonie romaine y fut établie, Julia Augusta Taurinorum. Les vétérans de l’empereur Auguste s’installèrent dans la plaine près du Pô et de la Doire. De cette époque, Turin conserve la disposition des rues, la Porta Palatina du premier siècle avant J.-C., percée de quatre ouvertures à arcades, surmontée de deux rangées de fenêtres et encadrée de deux tours massives, des restes du théâtre romain, la Porta Decumana englobée dans la structure du Palazzo Madama. Des ruines du théâtre romain (Ier siècle av. J-C), des vestiges du mur d’enceinte romain et la base d’une des tours se trouvent près de la cathédrale. Sur la place César Auguste, il reste des traces d’une rue pavée, entre deux copies en bronze de statues antiques: César et Auguste. Elle est citée au IVe siècle dans un itinéraire de pèlerinage pour Jérusalem.

turin4

Adélaïde de Suse

Turin devient ensuite le siège d’un poste de commandement byzantin, puis un duché lombard. Occupée par les Carolingiens, Turin est un comté. La « Marche d’Italie » s’étendait du Pô jusqu’à la Rivière du Ponant. Vous avez entendu parler de la célèbre Adélaïde de Suse, qui en devint régente en 1060.

turin5

Victor-Amédée II (1666- 1732)

La Maison de Savoie aspirait à la possession de Turin, mais les querelles entre empereurs, évêques et comtes de Savoie durèrent jusqu’en 1248, quand Frédéric II accorda à Thomas II de Savoie la ville de Turin en fief. En 1270, Turin faisait partie de la Seigneurie de Charles d’Anjou, en 1276 de celle de Guillaume VII de Montferrat, en 1280, Thomas III de Savoie obligea Guillaume à lui céder la ville, qui gardait cependant une certaine autonomie. Le pouvoir de la maison de Savoie durera jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Les Savoie s’opposèrent souvent à la France au cours de cette longue période, changeant d’alliances fréquemment. Leur rôle de mécènes fit de Turin une des capitales du baroque du Nord de l’Italie. Après la domination française, de 1788 à 1814, commença pour Turin une phase

Victor-Emmanuel II (1820-1878)

Victor-Emmanuel II (1820-1878)

historique très importante car la maison de Savoie joua un rôle primordial dans le Risorgimento et l’Unité italienne. En 1848, Charles-Albert de Savoie concéda le « statuto albertino » qui instaura la monarchie constitutionnelle. Le premier roi de l’Italie unifiée fut Victor-Emmanuel II. Durant le fascisme, les intellectuels turinois furent à l’avant-garde de la lutte contre le régime.

turin7

Gianni Agnelli

Il n’y a pas, dit-on, de grande ville sans grand fleuve. C’est ce qui manque à Milan, qui doit se contenter du Naviglio. Turin a non seulement le Pô, mais aussi trois de ses affluents, la Doire Ripaire, la Stura et le Sangone. Son altitude moyenne est de 245 m, mais s’élève jusqu’à 715 m sur les collines qui l’entourent. Et les sommets des Alpes toutes proches lui servent de toile de fond. C’est une métropole de plus de 900000 habitants. Turin a longtemps constitué avec Milan et Gênes le triangle industriel du pays, maintenant beaucoup plus diffus. Son essor industriel est indissociable de l’industrie automobile (Fiat, fondée en 1899 par les Agnelli, Lancia en 1906, mais aussi les carrossiers Bertone et Pininfarina). Le besoin de main-d’œuvre et le « miracolo » économique des années de l’après-guerre y ont attiré un grand nombre de méridionaux et de gens de la Vénétie. Mais Turin a su rebondir après la crise du secteur automobile et la mort en 2003 de l’avvocato Gianni Agnelli qui a marqué la fin d’une époque, elle a diversifié cette filière, grâce en particulier aux recherches de l’Ecole polytechnique. Les activités économiques y sont très nombreuses : aéronautique et aérospatiale (Alenia), télécommunications, micro-informatique (Olivetti), construction ferroviaire, assurances (Toro, Reale Mutua), banques (San Paolo, CRT), transports routiers, mode et textile (Borbonese, Carlo Pignatelli, Kristina Ti, Fisico, Brooksfield, Jaggy, Kappa, Superga, Invicta), industrie agroalimentaire (Lavazza, Martini, Caffarel). Turin est la patrie des gressins (1679), très appréciés de Napoléon, du vermouth (Cinzano, 1757, Carpano, 1786), du chocolat (gianduja), du slow food… Tout cela en fait un des poumons économiques de l’Italie.

Le Pô et l'église Gran Madre di Dio

Le Pô et l’église Gran Madre di Dio

J’ai l’habitude, lorsque je vous présente une destination de voyage, de vous citer les personnages qui l’ont illustrée. Pour Turin c’est mission impossible, tant ils sont nombreux. En fait, ce sont ses hommes et ses femmes, plus que ses monuments pourtant remarquables, qui font la richesse de Turin. Turin a donné à l’Italie tant d’hommes politiques, que c’est toute l’histoire de l’Italie moderne qu’il faudrait évoquer: les princes et rois de la Maison de Savoie, Camillo Benso di Cavour, Cesare Balbo, Vincenzo Gioberti, dont les noms sont indissociables du Risorgimento, Piero Gobetti, antifasciste mort à 25 ans, Luigi Einaudi, premier président de la république italienne, Giuseppe Saragat, lui aussi président de la République, Giuliano Amato…

La vie intellectuelle y a toujours été intense, la plupart des écrivains turinois se signalant par leur engagement politique. Tous ne sont pas nés à Turin, mais c’est à Turin que se rattache leur activité littéraire; et il faut y ajouter, à partir de 1933, tous ceux qui ont gravité et gravitent autour de la célèbre maison d’édition Einaudi, comme Natalia Ginzburg (1916-1991). La liste, forcément incomplète, tourne vite au catalogue: Giuseppe Baretti (1719-1789), Vittorio Alfieri (Asti, 1749-1803), Massimo d’Azeglio (peintre, écrivain, homme politique, 1798-1866), Vittorio Bersezio (1828-1900), auteur de la comédie en dialecte qui met en scène les aventures d’un pauvre employé de bureau Le miserie ‘d munsu Travèt, Giuseppe Giacosa (1847-1906), Edmondo De Amicis (Oneglia,1846-1908), le créateur de l’immortel Cuore (1886), Emilio Salgari (Vérone,1862 -1911), le père de Sandokan, les poètes Guido Gozzano (1883-1916) et Carlo Betocchi (1899-1986), Govanni Comisso (1895-1969), Cesare Pavese (1908-1950), Carlo Levi (1902-1975), Lalla Romano (1906-2001), Mario Soldati, également réalisateur (1906-1999), Primo Levi (1919-1987), Italo Calvino (1923-1985), Giovanni Arpino (1927-1987), Paola Mastrocola (1956), Alessandro Baricco (1958), Massimo Gramellini (1960), Giuseppe Culicchia (1965), Paolo Giordano (1982), les auteurs de romans policiers Carlo Fruttero (1926-2012) et Franco Lucentini (1920-2002) (leurs romans, La femme du dimanche et La nuit du grand Boss, se passent à Turin et ont inspiré les réalisateurs Luigi Comencini et Nanni Loy), Laura Mancinelli (née en 1933 à Udine, mais vivant à Turin), Margherita Oggero (1940), Gianni Farinetti (Bra,1953), Alessandro Perissinotto (1964)… Actuellement Turin accueille le Salon du livre. C’est à Turin qu’est imprimé le journal La Stampa (3e ou 4e quotidien italien par le tirage), créé en 1867. L’université de Turin (fondée en 1404, Erasme y a obtenu son doctorat en théologie) a formé trois prix Nobel de médecine : en 1969 Salvador E. Luria (né à Turin), en 1975 Renato Dulbecco (né à Catanzaro), en 1986 Rita Levi Montalcini, née à Turin et morte en 2012. Le mathématicien Giuseppe Luigi Lagrange (1736-1813), le philosophe Norbertoturin9 Bobbio (1909-2004) ont également contribué au rayonnement de Turin. Comme toutes les villes, Turin a son lot de chanteurs et d’acteurs, Renato Rascel, Erminio Macario, Fred Buscaglione, Vittorio Foa, aujourd’hui disparus, Aldo Maccione, Rita Pavone, Alba Parietti, Luciana Littizetto, Umberto Tozzi, Arturo Brachetti, Valeria Bruni Todeschi et sa sœur Carla, sans oublier le réalisateur Roberto Faenza (1943). C’est à Turin qu’est né le cinéma en 1896, c’est à Turin qu’a été tourné Cabiria, le célèbre peplum de Giovanni Pastrone avec les didascalies de D’Annunzio (1914)1. C’est de Turin qu’ont été diffusées les premières émissions de la RAI. Je renonce à parler des sportifs turinois, je me contenterai de rappeler la mythique Juventus, fondée en 1897, l’équipe la plus titrée d’Italie.

Don Giovanni Bosco

Don Giovanni Bosco

On ne peut passer sous silence ceux que l’on a appelés les « saints sociaux »: saint Giuseppe Benedetto Cottolengo (Bra 1786 – Chieri 1842), fondateur de la « petite maison de la divine providence « , œuvre de charité chrétienne; saint Giuseppe Cafasso (1811-1860), « l’apôtre des prisons »; saint Giovanni Bosco (1815-1888) qui s’est consacré à l’éducation et à l’instruction professionnelle des enfants du peuple et a fondé les œuvres salésiennes. Sa tombe se trouve dans l’église Maria Santissima Ausiliatrice.

Après cette – longue – introduction, venons-en à ce qu’il y a à voir à Turin:

 Fastes baroques: Les architectes dont vous entendrez parler le plus souvent ne sont pas tous nés à Turin, mais y ont travaillé, appelés par les ducs de la Maison de Savoie. Leurs noms sont indissociables de celui de Turin.

Ascanio Vittozzi: (Orvieto, 1539 – Turin, 1615): Après avoir mené une carrière militaire dans les armées pontificales, il devient architecte militaire et exécute des ouvrages défensifs pour les Savoie, mais aussi civils et religieux, des aménagements de places, dans le style du baroque piémontais naissant (Piazza Castello, Via Roma, Palazzo reale, Chiesa del Corpus Domini, Santissima Trinità, etc.). On lui doit le sanctuaire de Vicoforte.

Camillo Guarino Guarini (Modène, 1624 – Milan, 1683): Prêtre, théologien, mathématicien, écrivain, architecte. Il étudie et enseigne les lettres et la philosophie, à Messine et à Rome. Entré dans l’ordre des Théatins en 1639 (ordre fondé à Rome en 1524 par saint Gaëtan de Thiene et Pietro Carafa, évêque de Chieti (=Theate), le futur Paul IV, pour une meilleure formation du clergé), il devient Prévôt de la Maison des Théatins mais doit quitter Modène à la suite d’un désaccord avec le frère du duc d’Este. Il va enseigner et construire à Parme, Messine, Paris (projet de Sante-Anne la Royale à la demande de Mazarin), Munich et Lisbonne. Installé à Turin après 1666, il travaille pour le duc Philibert de Savoie. Influencé par Borromini, il conçoit un grand nombre de bâtiments publics et privés de Turin. Il fait un usage original de la brique nue et édifie le fastueux palais Carignan (1680), avec une façade ondulante et un hall d’entrée en ellipse. Parmi ses nombreuses œuvres religieuses, les églises de la Consolata (1678-1679), de San Lorenzo dei Teatini, à la coupole tendue de huit arcs paraboliques entrecroisés, la chapelle du Saint-Suaire de la cathédrale (1668-1694), dont la coupole en tronc de cône présente une succession d’arcs en accolades, révèlent la singularité de son talent, sa virtuosité technique, ses fantaisies savantes de géomètre et sa prédilection pour les imbrications ou juxtapositions de volumes circulaires et elliptiques. Il transforme la forteresse de Racconigi en « villa di delizie », il reçoit des commandes de toute l’Italie et de l’Europe, il construit les couvents des Théatins de Modène, Messine et Pavie, il travaille à Vérone, Vienne, Prague. Représentant le plus brillant du baroque dans l’Italie du nord, il influença l’architecture baroque et rococo en Europe centrale. Pour Guarini, la technique est l’occasion de la manifestation de la logique divine dans la logique humaine. Et comme la loi de la logique divine est le miracle, l’architecture est un miracle logique et technique. En 1737 paraît posthume son livre sur l’architecture civile.

Filippo Juvara (ou Juvarra) (Messine, 1678 – Madrid, 1736): Architecte, dessinateur, graveur et scénographe, l’un des principaux représentants du baroque. Il se forme à Messine, puis à Rome où il est l’élève des Fontana. Il étudie l’architecture antique et les grands architectes italiens (Michelangelo, Bernini, Borromini, Pietro da Cortona, Andrea Pozzo) et se constitue un corpus de dessins. En 1714 il devient l’architecte de confiance de Victor-Amédée II de Savoie, le premier des Savoie à porter le titre de roi. Architecte fertile et imaginatif, il construit notamment la basilique et le monastère de Superga (1717-1731) dont le style se rattache à la tradition romaine du XVIIe par l’ampleur des formes et l’emploi d’éléments classiques. Il travaille à la « couronne » de palais royaux: à Rivoli (non terminé), à la Reggia di Venaria reale; à Stupinigi (1729), il élabore un style original par son élan, son rythme spatial et son décor d’esprit rococo. On lui doit aussi le clocher du Dôme, la façade de l’église Santa Cristina (Piazza San Carlo), les églises San Filippo Neri et del Carmine, la façade du palais Madame (1718), la Piazza Emanuele Filiberto (1729-1733), etc. Il donna aussi les plans grandioses du palais royal de Madrid.

Benedetto Alfieri (Rome, 1699 – Turin, 1767): Il appartient à la même famille, originaire d’Asti, que le poète et auteur dramatique Vittorio Alfieri (1749-1803). Il étudie d’abord à Rome puis à Turin. Il travaille comme architecte à Asti et en Piémont jusqu’à ce que, en 1736, Charles-Emmanuel de Savoie le charge de terminer le Teatro Regio. Il ne reste que la façade, en harmonie avec les autres édifices de la Piazza Castello. En 1739 il succède à Juvara comme « 1er architecte civil du roi de Sardaigne ». Il projette deux ailes latérales pour le Pavillon de chasse de Stupinigi. Après la mort de Juvarra il continue ses travaux à la Reggia di Venaria reale. En 1743 il s’occupe de la restauration du Palais des comtes Falletti di Barolo. Son activité à Turin consiste surtout en des restaurations d’intérieurs (Palais royal, palais Chiablese, etc.); il s’occupe aussi d’urbanisme (Piazza Palazzo di città). Admirateur de Michel-Ange, son style s’apparente plus à celui de Vanvitelli (Caserte) qu’à celui de Juvarra. Le rococò reste confiné aux intérieurs.

Bernardo Antonio VITTONE (Turin, 1704 – Turin, 1770): Orphelin de père, c’est son frère, chanoine du Dôme de Turin et son oncle architecte Giovanni Giacomo Plantery qui se chargent de son éducation. Elève de Juvarra, il commence son travail d’architecte avec le palais Rubatti et en collaborant aux chantiers de son maître. En 1731 il part à Rome où il gagne un concours qui lui vaut de devenir membre de l’Académie de San Luca. Il réalise de nombreuses copies de dessins de Carlo Fontana qui furent des éléments fondamentaux de sa formation. De retour en Piémont en 1733 après un arrêt à Florence, il travaille et enseigne dans sa région d’origine mais aussi dans les autres possessions de la Maison de Savoie, en particulier à Nice; il est surtout connu pour ses églises à plan central, d’une grande inventivité, avec des coupoles de plan elliptique complexe. À Turin il travaille à l’église de l’Immaculée Conception, à Santa Chiara et à Santa Maria di Piazza. Il exerce aussi une activité de prêteur… À partir de 1750, il commence à changer de langage, passant d’un clair-obscur à la Bernin à une lumière triomphante dans le goût français. Il s’occupe de la publication du manuscrit de Guarini sur l’architecture civile et est lui-même l’auteur de traités d’architecture destinés à l’enseignement.

*****

Le Palazzo Carignano

Le Palais Carignan

Le Palais Carignan

Il donne sur la place du même nom, toute bordée de palais sévères et harmonieux, dont le théâtre Carignan. Le palais Carignan, chef-d’œuvre de l’architecte Guarini (1679) a un plan en U et une monumentale façade. Il appartenait aux Carignan, branche cadette des Savoie. Il fut le siège du parlement piémontais. C’est là que fut proclamée, le 14 mars 1861, la création du royaume d’Italie. Il abrite le musée du Risorgimento. De 1706 à 1946, l’histoire de l’unification italienne fut longue et tourmentée. Peintures, gravures et sculptures d’époque font revivre cette période qui amena à l’Unité italienne. Sur la place ouvre le célèbre Ristorante del Cambio, fréquenté par Cavour.

Le Palais Madame

Le Palais Madame

Le Palazzo Madama: Fondé à l’époque romaine, remanié pendant le Moyen Âge, il prendra son allure actuelle au XVIIIème siècle, avec sa superbe façade baroque (1718), inspirée par la façade arrière de Versailles, et son monumental escalier dessiné par Juvarra. Il tire son nom des deux « Madame Royale », Christine de France et Jeanne de Savoie-Nemours, qui y résidèrent. Les deux tours polygonales remontent à l’époque romaine, les deux tours orientales furent ajoutées au XVe siècle.

Portrait d'homme d'Antonello de Messine

Portrait d’homme d’Antonello de Messine

Le musée municipal d’art ancien qu’il abrite aujourd’hui retrace l’histoire de la cité à travers ses collections d’œuvres du Moyen Âge, de la Renaissance et de l’époque baroque (sculptures, ivoires, céramiques, meubles, manuscrits, médailles, dentelles, tableaux, dont un Portrait d’homme d’Antonello de Messine (1476).

 

 

Le Polo Reale : Le Palazzo reale, les jardins royaux (dessinés par Le Nôtre en 1697), l’Armeria Reale, la Biblioteca Reale, le Museo di Antichità, il teatro romano, le Palazzo Chiablese (XVIIIe siècle), l’Accademia Albertina et la Galleria Sabauda viennent d’être réunis au sein d’une même entité.

L’armurerie royale est une des plus riches collections européennes d’armes et d’armures du XVe au XVIIIe siècle (armure équestre d’Emmanuel-Philibert par exemple)

Le Palais royal: Erigé en 1646-1660, sur l’ordre de Charles-Emmanuel II par Amedeo di Castellamonte, il fut jusqu’en 1865, la résidence des souverains de la maison de Savoie. Les appartements royaux ont de remarquables décors baroques, rococo et néoclassiques. L’escalier « delle forbici » (= des ciseaux) est l’œuvre de Juvarra.

Orazio Gentileschi, L'annonciation

Orazio Gentileschi, L’annonciation

La Galleria Sabauda: La Galleria Sabauda réunit les riches collections de la maison de Savoie en provenance du Palazzo Reale et du Palazzo Carignano de Turin, mais aussi du palazzo Durazzo de Gênes: bustes, médailles, monnaies, pièces d’orfèvrerie, mais surtout peintures. Elle offre un vaste panorama de l’école piémontaise du XIVe au XVIe siècle, des tableaux de Fra Angelico, Duccio di Buoninsegna, Lippi, Botticelli, Guercin, Gentileschi…, mais aussi des œuvres majeures de la peinture flamande (Van Eyck, Bruegel, Memling, Van Dyck, Rembrandt) et vénitienne (Bellini, Titien, Bassano, Guardi, Véronèse, Tintoret, Tiepolo).

 

Filippino Lippi, Les trois archanges avec Tobie

Filippino Lippi, Les trois archanges avec Tobie

L’église San Lorenzo: C’est l’église de la maison royale. Elle abrite une copie du Saint Suaire. Emmanuel-Philibert I de Savoie et son cousin Philippe II d’Espagne ayant gagné contre les Français la bataille de Saint-Quentin le 10 août 1557, jour de la Saint Laurent, ils accomplissent leur vœu en faisant construire l’un cette église, l’autre l’Escurial. En 1634 une nouvelle église est conçue par Ascanio Vittozzi puis Carlo di Castellamonte. Guarini y travaille de 1666 à 1680. Elle n’a pas de véritable façade. L’intérieur est richement décoré de marbres polychromes et de stucs dorés. Le dôme audacieux symbolise le parcours vertical de montée vers la lumière. Les fresques sont l’œuvre des frères Fea (1827).

L'église San Lorenzo

L’église San Lorenzo

L’église du Corpus Domini: L’église fut érigée entre 1609 et 1671, d’après les plans d’A.Vittozzi en souvenir du miracle de l’hostie qui aurait eu lieu ici. Le décor intérieur est de Benedetto Alfieri. C’est dans l’église voisine du Santo Spirito qu’en 1728, Jean-Jacques Rousseau abjura le protestantisme.

L’église San Filippo Neri: Vaste église, commencée en 1675 et terminée en 1772 sur des plans de Juvara. Elle est précédée d’un atrium néo-classique (1835). Son intérieur très lumineux est décoré de sculptures, de marbres et de nombreuses peintures. En face de l’église se dresse le Palazzo Carpano, construit en 1684 par un élève de Guarini, M. Garove.

Le Palazzo dell’Accademia delle scienze: Cet édifice grandiose est l’œuvre de Guarini (1678).

La Superga

La Superga

La basilique de Superga (670 m): Née d’un vœu des princes Victor-Amédée II et Eugène de Savoie pendant le siège de Turin par l’armée franco-espagnole en 1706, cette imposante basilique baroque est l’œuvre de Filippo Juvarra. Sa crypte richement décorée abrite le panthéon des rois de Savoie, tandis que son dôme offre un magnifique panorama sur la ville, le Pô et les Alpes. C’est à côté de la basilique que s’écrasa le 4 mai 1949 l’avion ramenant l’équipe de foot du « Torino », de retour de Lisbonne.

Le sanctuaire de la Consolata: Ce sanctuaire très populaire, édifié par Guarini en 1703, est formé de deux églises, l’une elliptique, l’autre hexagonale, coiffées d’un groupe de coupoles baroques et du campanile lombard (XIe siècle) de l’ancienne église Saint-André. Contre le mur de l’abside, tour du rempart romain. Le maître – autel a été réalisé sur les dessins de Juvara. On y remarque l’image de la Vierge consolatrice qui remonterait à l’époque de saint Maxime, évêque de Turin (IVe siècle).

L’église San Domenico: Malgré ses nombreux remaniements, elle conserve son apparence gothique et de très belles fresques du XIVe siècle.

Le Dôme

Le Dôme

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste: Unique vestige architectural de la Renaissance à Turin, la première pierre en fut posée en 1491 par Blanche de Savoie. Le sanctuaire, terminé en 1498, est l’œuvre de Meo del Caprino et d’autres architectes toscans. Le Duomo San Giovanni Battista se distingue au milieu du paysage urbain par sa façade revêtue de marbre blanc aux portails finement sculptés et sa coupole réalisée par Juvarra. Le campanile, haut de 60m, fut commencé vers 1470 dans le style roman et complété en 1720 suivant un dessin de Juvara mais resta finalement inachevé. À l’intérieur, une chapelle en rotonde, chef-d’œuvre baroque de Guarini, abrite le Saint Suaire. Un incendie s’y est déclaré en 1997, elle est maintenant restaurée. Exposé pour la première fois en 1357, vendu par Marguerite de Charny en 1453 à la famille de Savoie, le linceul fut ramené en 1578 de Chambéry à Turin, devenue entre temps la capitale de la Maison de Savoie, et placé dans cette chapelle en 1694. Une ostension est prévue en mai prochain, à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de saint Jean Bosco, « père et maître de la jeunesse ».

L’église de la Grande Mère de Dieu (Chiesa della Gran Madre di Dio): Elle a été érigée de 1818 à 1831 en style néo-classique pour célébrer le retour des Savoie à Turin en 1814, après la défaire napoléonienne. Œuvre de F. Bonsignore.

Les places: Les façades sont souvent de couleur jaune (le fameux « jaune Savoie »). Les places sont très nombreuses: la Piazza Castello, réalisée en 1584 sur des plans d’A. Vittozzi, est le centre politique et religieux de la ville. Le Teatro Regio (œuvre de F. Juvara puis de B. Alfieri, 1740), dévasté par un incendie en 1936, a eu son intérieur rénové en 1966 par Carlo Mollino. Une grille coulissante en bronze, « Odyssée musicale » d’Umberto Mastroianni (1994), en ferme l’entrée.

La Piazza San Carlo

La Piazza San Carlo

La Piazza San Carlo est reliée à la Piazza Castello par la via Roma, la rue la plus animée de la ville. Commencée en 1640 sur l’ordre de la régente Marie-Christine et de l’architecte Carlo di Castellamonte, la Piazza San Carlo constitue par l’élégance de ses façades à arcades et galeries, l’harmonie de ses proportions, la rupture d’uniformité due à la présence des deux façades baroques des églises Santa Cristina et San Carlo qui la ferment, un bel exemple d’urbanisme baroque. Au centre de la place, monument équestre d’Emmanuel-Philibert après la bataille de Saint-Quentin (Carlo Marocchetti, 1838). La Piazza della Repubblica, plus connue sous l’appellation de Porta Palazzo, sert de cadre au marché. La Piazza Vittorio Veneto est l’une des plus grandes d’Europe. N’oublions pas la Piazza Carignano, ni la Piazza Statuto…

Le Musée égyptien (il serait plus correct de parler de « musée des antiquités égyptiennes! »): Fondé en 1760, c’est le second plus grand musée d’antiquités égyptiennes après celui du Caire; le roi Charles-Félix l’a enrichi avec l’acquisition des œuvres rapportées par Bernardino Drovetti, consul général de France en Egypte de 1803 à 1839, et ultérieurement par celles des égyptologues Ernesto Schiapparelli (1903-1920) et Giulio Farina (1930-1937). 6500 objets témoignent de plus de 5000 ans d’histoire. Le musée vient d’être entièrement restructuré pour répondre aux exigences de la muséographie moderne.

Statuaire

Statuaire

Il sera inauguré le premier avril. Parmi les pièces les plus célèbres: statue de Ramsès II, sphinx en grès, tombeau des époux Kha et Merit, temple nubien de Thoutmosis III, série d’effigies de la déesse léonine Sekhmet, sarcophages, statues, meubles, objets de toilette, vêtements, ostraca, etc….Comme disait Champollion,  » la route pour Memphis et Thèbes passe par Turin ».

La Mole Antonelliana ( du nom de son architecte Alessandro Antonelli): Symbole de Turin, sa coupole audacieuse (167m) domine la ville. D’abord conçu en 1863 pour être une synagogue, ce projet grandiose dut être abandonné. La Mole abrite maintenant le fascinant musée du cinéma qui rappelle que la ville fut le berceau du cinéma italien. Ses impressionnantes collections (plus de 6000 pièces) nous entraînent dans l’histoire du 7ème art à travers projections, décors reconstitués, costumes, affiches, etc…Le long de la coupole se déroule la suite de Fibonacci.

Le Liberty (= l’art nouveau), les galeries: Le quartier de la via Cibraio, construit entre 1900 et 1920, est riche d’édifices de style « Liberty ». La Galerie Subalpine, inaugurée en 1873. est un élégant passage couvert de verre et de fer à la décoration typiquement Art Nouveau. La Galerie Umberto I, œuvre de Rivetti (1889), a été construite à l’emplacement de l’ancien hôpital Mauriziano.

Le Lingotto et la pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli: Ancienne usine conçue pour Fiat dès 1916 par Giacomo Matté Trucco, des milliers d’ouvriers y travaillèrent jusqu’en 1982. La reconversion du Lingotto est l’œuvre de Renzo Piano, Mario Botta, Massimiliano Fuksas; la rampe hélicoïdale et la piste d’essai sur le toit ont été préservées.

Pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli (Lingotto)

Pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli (Lingotto)

Le Lingotto est la consécration de l’histoire de la dynastie Agnelli ainsi que celle de la ville. Il abrite, outre des bureaux, deux hôtels, un centre commercial, une salle de réunion sphérique, la Bolla, la Pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli. Peu d’oeuvres, mais d’une qualité exceptionnelle: des peintures de Canaletto et de Bellotto, des Matisse, Picasso, Renoir, Manet, des sculptures de Canova, qui incarnent l’idéal esthétique et pédagogique de l’avvocato Agnelli qui affirmait que la vocation d’une telle collection était d’offrir « du plaisir, de la beauté et de la joie ».

L'église du Santo Volto

L’église du Santo Volto

L’église du Santo Volto: L’architecte de Lugano Mario Botta a transformé la cheminée d’une usine en campanile (2004-2006)

 

 

 

 

turin23

Une salle de la GAM

La GAM ( Galerie d’art moderne): C’est le premier musée d’art moderne d’Italie. Il vient d’être complètement restructuré. Il est riche de 47000 œuvres, qui vont du début du XIXe siècle jusqu’aux avant-gardes contemporaines (peintures, sculptures, installations, photographies, vidéos, etc.), et offre un panorama de l’art moderne, du pointillisme au pop art en passant par le dadaïsme. Quatre parcours thématiques (qui varient selon les années) sont proposés: Infini/ Vitesse/ Ethique/ Nature.
Parmi les grands noms exposés: Hayez, Courbet, Renoir, Giacomo Bella, Paul Klee, Modigliani, Giovanni Fattori, G. Pellizza da Volpedo, Carrà, Picasso, Andy Warhol, De Chirico, Morandi, Felice Casorati (Novara, 1883-Turin, 1963), Lucio Fontana, Roy Lichtenstein, Arte Povera, etc. Pour les sculpteurs: Canova, Marini, Manzù…

La Fondation Sandretto Re Rebaudengo et la Fondation Mario Merz exposent aussi des œuvres contemporaines.

Le MAUTO (Musée national de l’automobile): Architecte: Amadeo Albertini. Fondateur: C. Biscaretti di Ruffia.

Une salle du MAUTO

Une salle du MAUTO

Inauguré en 1960 dans un grand bâtiment semi-circulaire au bord du Pô, il « met en scène » 160 modèles de voitures, de 80 marques originaires de 9 pays, selon une thématique précise: l’automobile et le XXe siècle/ l’homme et l’automobile/ l’automobile et le design. Les modèles exposés vont de 1769 à 1996, et comportent de nombreuses pièces rares. On y voit par exemple l’Itala qui gagna le raid Pékin-Paris en 1907.

Les parcs: Le plus célèbre est celui du Valentino, aménagé en 1830 au bord du Pô. S’y élève le château du Valentinois (1630, Carlo di Castellamonte) qui s’inspira des modèles français de la Renaissance. Le parc accueille le pittoresque Borgo medievale (village construit pour l’exposition nationale de 1884 par l’architecte Alfredo D’Andrade). Il présente la reconstitution de châteaux du Val d’Aoste et d’un bourg piémontais avec ses boutiques et ses maisons médiévales.

Les marchés: Ils sont très nombreux à Turin (marché de la Crocetta, de San Salvario, etc.) mais le plus célèbre est celui de Porta Palazzo, le plus grand marché d’Europe, et son voisin le Balôn (marché aux puces, antiquités).

Les cafés historiques: Cafés et restaurants historiques sont légion à Turin. Le Ristorante del Cambio (1757), fréquenté par Cavour, le Mulassano (1925), par les notables de la Maison de Savoie et par les artistes du Teatro Regio, qui vit l’arrivée en

Le café Platti

Le café Platti

Italie du tramezzino. Le Fiorio, Via Po, fréquenté par Cavour, Gioberti, D’Azeglio, Nietzche, Mark Twain, le « café des conspirateurs ». Le Baratti & Milano, à l’entrée de la Galleria Subalpina, institution turinoise fondée en 1858, fréquenté par le poète Gozzano. Al Bicerin, Piazza della Consolata, inauguré en 1763, fréquenté par Crispi et Cavour. Mais aussi le Caffè San Carlo (1822), lieu de rencontre des patriotes du Risorgimento, et le Caffè Torino (1903), la confiserie Stratta (1836), le Caffè Neuv Caval’ d Brons, du nom de la statue, tous sur la Piazza San Carlo. Le Pepino, Piazza Carignano (1903), spécialiste du « gelato pinguino ». Le Platti, corso Vittorio Emanuele II (1875), café préféré de Cesare Pavese et Giulio Einaudi (gianduiotti), a conservé son ameublement liberty d’origine, etc, etc…

Il ne s’agit là que d’un petit « assaggio » de ce qu’il y a à voir à Turin. Tant d’autres églises, tant d’autres musées, tant d’autres palais mériteraient une visite: le musée Pietro Micca, le musée de l’artillerie, le musée national de la montagne Duca degli Abruzzi, le Monte dei Cappuccini, où se dresse l’église Santa Maria del Monte, œuvre de Vittozzi (1583-1611) , le palais Falletti di Barolo, à l’intérieur rococo (B.Alfieri), etc, etc…

Mais laissons le dernier mot à la gourmandise…et à Alexandre Dumas:

 turin26« Parmi les belles et bonnes choses remarquées à Turin, je n’oublierai jamais le bicerìn, sorte d’excellente boisson composée de café, de lait et de chocolat, qu’on sert dans tous les cafés, à un prix relativement très bas. » (Alexandre Dumas, 1852)

1 De très nombreux films ont pour cadre Turin: Le amiche (1955, Michelangelo Antonioni), Dopo mezzanotte (2003, Davide Ferrario), La solitudine dei numeri primi (2010, Saverio Costanzo), etc.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Voyages, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.